Le champignon médicinal qui est un lymphatique naturel

Le Polyporus, connu sous son nom scientifique, Polyporus umbellatus, est considéré comme un champignon médicinal important en raison de la présence de métabolites bioactifs aux nombreuses propriétés intéressantes sur la santé humaine. Son étude découle d’applications en médecine orientale, où il est utilisé depuis longtemps pour le drainage lymphatique à différents niveaux.

Bien qu’il puisse avoir une apparence similaire, il doit être différencié du Maïtake, une autre espèce avec laquelle il partage l’apparence, le genre et certaines applications. P. umbellatus n’est pas aussi populaire que le Chaga et, comme lui, n’a pas d’usage culinaire exceptionnel. Son utilisation est limitée au domaine scientifique. Les noms communs de cette espèce sont “Zhu Ling”, “Tsuchi-maitake”, “Maitake chorei” et “Grifola umbellatus”.

Notes essentielles sur le Polyporus

Ses qualités médicinales ont été répertoriées dans les plus anciens documents médicaux orientaux. Sur le plan nutritionnel, outre sa teneur en protéines, il est remarquable pour sa relative abondance en cuivre et en zinc. D’autres biomolécules actives intéressantes sont les bêta-glucanes, les terpènes, les enzymes et la provitamine D. La composition chimique de Polyporus contient des substances d’intérêt qui sont importantes pour le développement normal de certaines fonctions biologiques. C’est pourquoi il fait l’objet de recherches plus approfondies, mettant en évidence ces domaines d’étude :

Le champignon est utilisé comme antibiotique dans la médecine traditionnelle chinoise depuis plus de 1000 ans. En médecine orientale, le Polyporus est utilisé “contre le Tang (flegme au sens large) et le blocage des méridiens par l’humidité stagnante”. En outre, “il est utilisé comme diurétique et pour traiter les affections de l’appareil urogénital (chaleur et humidité dans la zone abdominale inférieure) et les problèmes rénaux tels que les calculs et les coliques”.

Propriétés, applications et utilisations de Polyporus

L’extrait est l’une des formes privilégiées d’utilisation des nutriments d’intérêt contenus dans le Polyporus, ce qui garantit la forte concentration de bêta-glucanes, de terpènes et de biomolécules comme l’ergone, entre autres. L’extrait de Polyporus est présent dans le Mico-Polypor, un complément alimentaire sous forme de gélule. Il s’agit d’un extrait bio pur et standardisé. La poudre de Polyporus est également disponible sous une forme commerciale courante (B-Polyporus). Contrairement à l’extrait, elle a une concentration plus faible en nutriments actifs, mais en tant que complément alimentaire, elle est utile pour diverses applications.

Produits contenant le Polyporus

65,90
Voir plus

Principaux nutriments

Cette espèce possède des nutriments d’intérêt fonctionnel pour le maintien de l’homéostasie. Il s’agit notamment de :

L’enzyme SOD

Vitamines B :

en particulier la biotine

Ergostérol :

Provitamine D2

Minéraux :

Calcium

Potassium

Fer

Manganèse

Zinc

ergone

Terpènes :

Polyporusterone A

Polyposturone B

Habitat et distribution

Polyporus est une espèce qui peut être trouvée dans un mélange de forêts sous toutes les latitudes, se trouvant moins fréquemment en Europe. L’Amérique centrale et l’Asie de l’Est sont les régions où la plupart des spécimens ont été trouvés poussant à l’état sauvage.

Notes mycologiques

P. umbellatus appartient à l’ordre des Poriales, à la famille des Poriaceae et au genre Grifola, qu’il partage avec le Maitake (Grifola frondosa).

Cette espèce est saprophyte, elle décompose le bois pour se nourrir et, à mesure qu’elle mûrit, sa propre chair passe du blanc et du mou au dur et au boisé. On peut la trouver poussant à l’état sauvage dans la forêt, atteignant jusqu’à 20 kg et occupant une surface allant de 10 à 50 cm.

La partie souterraine du champignon, le sclérote, rappelle la truffe, c’est pourquoi dans certains pays on l’appelle aussi champignon du cochon. Plusieurs études ont analysé la composition du mycélium et ont conclu qu’il était riche en substances bioactives.

La culture du Polyporus

Ce champignon médicinal se nourrit de substrats ligneux, de préférence de chêne et de hêtre. C’est pourquoi la production contrôlée de Polyporus peut être réalisée à l’aide de sacs de culture contenant des substrats bio de ces variétés ou de leurs familles. Il est important de rappeler que la culture biologique doit être une priorité lorsqu’on parle de champignons médicinaux, car ce sont de grands biorémédiateurs naturels.

D’un point de vue écologique, il est intéressant de noter qu’ils peuvent absorber les métaux lourds de l’environnement dans lequel ils poussent. Pour une consommation thérapeutique, il est préférable de choisir des formulations ou des espèces biologiques cultivées dans des bioréacteurs sur des substrats organiques spécialement conçus pour l’optimisation quantitative et qualitative de leurs biomolécules actives.

Culture en bioréacteurs 

Pour une qualité, une pureté et une performance maximales dans nos systèmes de production.

L'une des lignes de recherche les plus importantes d'Hifas da Terra se concentre sur l'amélioration continue de la culture de différentes espèces de champignons en bioréacteurs (dont le Reishi, la Crinière de Lion, le Shiitake et le Maitake) en utilisant des substrats bio certifiés, ainsi que sur la standardisation de la qualité des ingrédients de base utilisés pour garantir l'excellence des produits finaux développés à partir de chaque champignon médicinal.

Système de Qualité Hifas

Grâce à notre propre norme de qualité, le HQS, nous identifions les biomolécules et les principes actifs à action thérapeutique, nous sélectionnons les souches fongiques qui les contiennent, nous utilisons nos systèmes analytiques spécifiques et nous appliquons des protocoles d'analyse à de nombreuses étapes de la production pour garantir l'excellence et la standardisation de tous nos produits finaux. Grâce à ce système rigoureux, nous proposons des produits naturels, des compléments et des nutraceutiques avec la garantie du système de qualité Hifas (HQS - Hifas Quality System), ce qui nous distingue des autres produits en termes de qualité, de sécurité et d'efficacité

En savoir plus

Anecdotes sur le Polyporus

  • Le célèbre Otzi, l’homme des glaces retrouvé momifié sur un glacier du Tyrol autrichien, portait deux types de champignons polypores. On pense qu’il les utilisait pour se protéger des infections.
  • Les livres Comer para vencer el cáncer (Dr Paula Jiménez Fonseca, oncologue médicale et Belén Álvarez Álvarez, chimiste nutritionniste) et Mi Alimentación Anticáncer (Dr Odile Fernández) consacrent un chapitre aux champignons médicinaux.
Références
  1. Dai H, Han XQ, Gong FY, Dong H, Tu PF, et al. Structure elucidation and immunological function analysis of a novel β-glucan from the fruit bodies of Polyporus umbellatus (Pers) Fries. Glycobiology. 2012 Dec;22(12):1673-83. PubMed PMID: 22717313.
  2. Hun Son K, Young Heo M. Inhibitory effects of Korean indigenous plants on tyrosinase and melanogenesis. J Cosmet Sci. 2013 Mar-Apr;64(2):145-58. PubMed PMID: 23578837.
  3. Li X, Xu W. TLR4-mediated activation of macrophages by the polysaccharide fraction from Polyporus umbellatus(pers) Fries. J Ethnopharmacol. 2011 Apr 26;135(1):1-6. PubMed PMID: 20600759.
  4. Sun Y, Liang X, Zhao Y, Fan J. A sensitive spectrofluorometric method for determination of ergosta-4,6,8(14),22-tetraen-3-one in rat plasma, feces, and urine for application to pharmacokinetic studies using cerium (III) as a probe. Appl Spectrosc. 2013 Jan;67(1):106-11. PubMed PMID: 23317677.
  5. Tan XL, Guo L, Wang GH. Polyporus umbellatus inhibited tumor cell proliferation and promoted tumor cell apoptosis by down-regulating AKT in breast cancer. Biomed Pharmacother. 2016 Oct;83:526-535. PubMed PMID: 27447121.
  6. Yoon JJ, Lee YJ, Lee SM, Kang DG, Lee HS. Oryeongsan suppressed high glucose-induced mesangial fibrosis. BMC Complement Altern Med. 2015 Feb 22; 15:30. PubMed PMID: 25880429; PubMed Central PMCID: PMC4354744.
  7. Zhang GW, Qin GF, Han B, Li CX, Yang HG, et al. Efficacy of Zhuling polyporus polysaccharide with BCG to inhibit bladder carcinoma. Carbohydr Polym. 2015 Mar 15; 118:30-5. PubMed PMID: 25542103.
  8. Zhao YY. Traditional uses, phytochemistry, pharmacology, pharmacokinetics and quality control of Polyporus umbellatus (Pers) Fries: a review. J Ethnopharmacol. 2013 Aug 26;149(1):35-48. PubMed PMID: 23811047.
  9. Zhao YY, Zhang L, Mao JR, Cheng XH, Lin RC, et al. Ergosta-4,6,8(14),22-tetraen-3-one isolated from Polyporus umbellatus prevents early renal injury in aristolochic acid-induced nephropathy rats. J Pharm Pharmacol. 2011 Dec;63(12):1581-6. PubMed PMID: 22060289.
  10. Zhao YY, Zhang L, Long FY, Cheng XL, Bai X, et al. UPLC-Q-TOF/HSMS/MS(E)-based metabonomics for adenine-induced changes in metabolic profiles of rat faeces and intervention effects of ergosta-4,6,8(14),22-tetraen-3-one. Chem Biol Interact. 2013 Jan 25;201(1-3):31-8. PubMed PMID: 23246428.