Reishi

Ganoderma lucidum

Reishi champignon médicinal

1- Qu’est-ce que le Reishi ?

Le champignon de l’immortalité

Le Reishi (Ganoderma lucidum) ou Ganoderme luisant est l’un des champignons médicinaux les plus connus de la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC). En Asie, il est symbole de longévité et de chance. Par ailleurs, Il est aussi connu sous les noms de Ling Zhi en Chine ou bien Youngzhi au Japon.

Dans certaines régions du monde, la préparation du “Ling Zhi” fut et est toujours considérée comme ayant des propriétés curatives pour le corps et l’esprit. Le Reishi contient effectivement certains composant bioactifs qui pourraient être bénéfiques pour la prévention et le traitement de diverses maladies comme l’hypertension, le diabète ou encore le cancer. En tant que champignon aux propriétés adaptogènes, la MTC lui prête ainsi des propriétés immunostimulantes, anti-inflammatoires et antioxydantes...

Le Reishi est riche en nutriments et contient plus de 200 molécules bioactives, parmi lesquels les ergostérols, des polysaccharides (comme les bêta-glucanes) et les triterpènes.

Un champignon à l’aspect corallien…

Le Reishi séduit par sa forme et sa couleur inhabituelle. En effet, sa couleur s’étale du rouge profond à l’intérieur, au blanc à l’extérieur dont l’aspect rappelle le bois verni. Du côté de sa consistance, celle-ci est d’autant plus dure et boisée que le corps fructifère est âgé. Son chapeau, en forme de rein, mesure de 5 à 15 cm de diamètre et s’insère sur un pied cylindrique pouvant atteindre les 20 cm.

D’autre part, l’aspect du Reishi peut ainsi varier considérablement. Il existe aussi de nombreux autres champignons du même genre (Ganoderma) qui peuvent facilement être confondus avec ce champignon.

…niché sur les arbres

Le Reishi est un champignon arboricole qui préfère les bois de feuillus, en particulier les chênes et les hêtres. On peut également le trouver sur des conifères comme le mélèze et l’épicéa ainsi que sur les pruniers. Il est considéré comme une espèce parasite (se développe d’abord sur des hôtes vivants) et saprophyte (se développe ensuite sur des hôtes morts). 

Classiquement, le champignon se développe en formant des anneaux annuels qui deviennent plus épais à sa base. Dans des conditions optimales, il forme des appendices en forme de tige aux extrémités arrondies qui ressemblent à des bois de cerf. Ces spécimens étaient particulièrement prisés dans la Chine ancienne.

Reishi sur tronc

Une utilisation millénaire 

Le grand intérêt porté au Reishi et à ses bienfaits est bien documenté et remonte à fort longtemps. En effet, les premiers documents attestant de son utilisation date du deuxième millénaire avant notre èreOn raconte que dans sa quête de l’élixir de vie, l’empereur Qin Shi Huang (célèbre pour la Grande Muraille), aurait reçu un don de Reishi. Par la suite, il fut un temps où tous les spécimens du légendaire champignon médicinal étaient expressément réservés par la loi à l’empereur de Chine.

Distribution et culture

Présent dans des climats tempérés et subtropicaux, on retrouve ce champignon de manière sporadique en Amérique, en Europe et en Asie. Dans la nature, cette espèce pousse de manière solitaire ou en petits groupes. Cependant, la plus grande partie est produite par la culture afin de répondre à la demande mondiale.Pour cela, des rondins ou de la sciure de bois stérile figurent parmi les substrat ou milieu de croissance pour le Reishi. Plusieurs mois s’écoulent avant que le mycélium du Ganoderme luisant s’y répande complètement.  Par la suite, une fois les fructifications formées, le Reishi est prêt à être récolté.

Comment le cultive t-on chez Hifas da Terra ?

Culture dans des bioréacteurs : Excellence dans les systèmes de production

L’un des axes de recherche de Hifas da Terra porte sur l’amélioration continue de la culture de différents types de champignons dans des bioréacteurs. Afin de garantir l’excellente qualité du produit final issu de nos champignons, nous utilisons des substrats biologiques certifiés et veillons à la qualité des matières premières et des ingrédients. 

2- Propriétés et bienfaits du Reishi 

La quantité d’informations sur le champignon est tout à fait remarquable. D’ailleurs, il existe actuellement plus de 5000 études qui lui sont dédié. Les bienfaits du Reishi sont dus à la présence de différents composés actifs. Parmi eux, les principaux sont des polysaccharides comme le β-D-glucane (ou bêta-glucane), des peptidoglycanes et des triterpènes. Ses bienfaits supposés font qu’il est particulièrement populaire en médecine holistique (aussi appelé médecine intégrative ou médecine douce). Cependant, il existe de nombreux écueils sur la manière dont sont présentées ces propriétés. il convient alors de distinguer ce qui relève de l’usage traditionnel, de la pseudo-science et de la science et être vigilant à ce qu’on peut lire. Ainsi, les informations suivantes vous sont présentés à titre informatif. Les effets des composants de Reishi n’ont pas tous été évalués par l’agence européenne de sécurité alimentaire (EFSA) et les ingrédients mentionnés ne sont pas prévu pour traiter, guérir ou prévenir aucune maladie.

Le Reishi dans la Médecine Traditionnelle

Du point de vue de la Médecine Traditionnelle, on reconnaît au Reishi de très nombreuses vertus. Par exemple, on lui attribue ainsi comme propriétés de lutte contre la fatigue ou l’insomnie, de stimulation du système immunitaire ou de protection du système cardiovasculaire. Il serait aussi utile dans le cadre des troubles des voies respiratoires et hépatiques de l’hypertension. On lui prête aussi une action globale de type adaptogène sur le corps.

Le Reishi dans la science moderne

Depuis les années 1950, le Reishi est entré dans le champ d’intérêt de la science moderne, principalement en Chine et au Japon. D’après la littérature scientifique, les composants contenus dans les champignons du genre Ganoderma disposent d’un potentiel thérapeutique pour la conception de médicament contre le cancer, la neuro-dégénération ou l’immuno-dégénération. Récemment, une méta-analyse sur le Reishi (analyse de la littérature) parue en 2019 nous dresse un portrait prometteur sur ces problématiques.

Reishi et cancer

Des études in vitro et sur animaux ont montrés que les triterpènes et les polysaccharides, en particulier les bêta-glucanes du Reishi ont induit la mort des cellules tumorales en s’attaquant à de nombreuses cibles particulières du cancer. Ils ont aussi inhibé le prolifération cellulaire et la croissance tumorale. Les mécanismes moléculaires sont principalement associés à l’inhibition des facteurs de transcription. Cependant, les essais cliniques réalisés sur des patients atteints de cancer afin de tester le Reishi sont très rares et présentent d’importantes limitations. Toutefois, l’un d’eux, mené sur des patients accompagnés par Ganoderma lucidum en même temps que la chimiothérapie ou la radiothérapie, a montré qu’ils étaient plus susceptibles de réagir positivement par rapport aux traitements conventionnels seuls.

Reishi et maladies neurodégénératives 

Plusieurs études ont rapporté un effet neuroprotecteur associé au Reishi. Encore une fois, aucun essai clinique n’a été conçu pour déterminer l’efficacité de la prise de Reishi. En revanche, des études réalisées in vitro ont mis en évidence une neuroprotection anti-inflammatoire des extraits ou des triterpènes de ce champignon. Aussi, un régime alimentaire complété par un extrait de Ganoderma à des souris en sénescence cellulaire accélérée a permis de diminuer la présence des plaques amyloïdes et d’améliorer les défenses antioxydantes, contrairement aux souris témoins. Enfin, l‘administration orale de polysaccharides de Ganoderma a amélioré la fonction cognitive et la prolifération des progéniteurs neuraux et a renforcé la neurogenèse dans un modèle murin. 

Reishi et immuno-dégénérescence

Finalement, des études montrent que divers triterpénoïdes de Ganoderma lucidum exercent une activité protéase anti-VIH-1. Ainsi, une protéine isolée du Ganoderme luisant a présenté une activité lacase et une activité inhibitrice vis-à-vis de la transcriptase inverse du VIH-1. De plus, d’autres études ont rapporté des effets prometteurs contre différents virus tels que le papillomavirus, l’entérovirus ou l’herpès.

La composition du Reishi

3- Comment consommer le Reishi ?

Du point de vue gastronomique, le Reishi présente peu d’intérêts et ne fait donc pas parti des champignons cuisinés. En revanche, d’autres champignons médicinaux, comme l’Hericium erinaceus (Crinière de lion) ou le Lentinula edodes (Shiitake) sont appréciés pour leurs qualités gustatives.

Sous quelles formes le consomme-t-on ?

Traditionnellement, une décoction était préparée à partir de Reishi séché. Le fait de laisser mijoter pendant des heures, voire des jours, a pour effet de briser les parois cellulaires de ce champignon médicinal et de rendre les ingrédients bio-disponibles. Une teinture est ensuite préparée à partir des restes du corps du champignon avec de l’alcool à 70 %. De nos jours, le Reishi est disponible à la consommation sous de multiples formes et concentrations. On le retrouve ainsi sous forme de compléments alimentaires naturels et biologiques : gélules, comprimés, extraits solides ou liquides, mais aussi en tranches et en poudre de champignons séchés. Les concentrations varient beaucoup d’un extrait à l’autre (20:1 ou 50:1, par exemple) et certains produits sont standardisés pour contenir 10 % de polysaccharides, un des ingrédients bioactifs du Reishi. Les qualités des produits présents sur le marché ne se valent pas toutes et il convient de bien lire les étiquettes. 

Quelques anecdotes intéressantes sur le Reishi

  • À en croire certaines histoires, l’effet calmant du Reishi était autrefois utilisé de manière abusive pour le vol de porcs.
  • En Orient, les fructifications du Reishi sont devenues populaires comme talismans.
  • À ce jour, le Reishi est considéré comme le champignon probablement le plus photogénique du monde, notamment grâce à sa structure en partie semblable à celle d’un bois de cerf et à son éclat laqué inhabituel.
  • Il existe deux souches de Reishi cultivées commercialement : Ganoderma lucidum et Ganoderma lingzhi. Les différences entre les deux souches font actuellement l’objet de recherches scientifiques.
  • Dans la classification du vivant Ganoderma lucidum appartient au règne des Fungi. C’est un représentant de la division des basidiomycètes qui comprend plus de 20 000 espèces. A l’intérieur de cette division, le Reishi se classe parmi les Ganodermataceae où l’on peut trouver les espèces du genre Ganoderma. 
Références
  • Paterson RRM. Ganoderma – A therapeutic fungal biofactory. Phytochemistry. sept 2006;67(18):1985‑2001.
  • Pizzorno JE, Murray MT. Textbook of natural medicine. St. Louis, Missouri: Elsevier; 2021.
  • Pinya S, Ferriol P, Tejada S, Sureda A. Mushrooms reishi (Ganoderma lucidum), shiitake (Lentinela edodes), maitake (Grifola frondosa). In: Nonvitamin and Nonmineral Nutritional Supplements. Elsevier; 2019. p. 517‑26.