Polyporus

Polyporus umbellatus

Le Polypore en ombelle

Un champignon médicinal particulièrement intéressant est le Polypore en ombelle (Polyporus umbellatus). C’est à la fois un champignon médicinal et un champignon comestible, mais avec quelques particularités. Il est également connu sous le nom de Zhu Ling, le Liévrot, la Poule-des-bois en raison de sa ressemblance avec le Maitake ou Grifola umbellatus.

Description du Polypore en ombelle

Le Polypore en ombelle est un champignon dit de “pourriture fibreuse” (qui dégrade la lignine). Il aime la chaleur et, en tant que décomposeur du bois, devient de plus en plus dur et ligneux avec l’âge. Si vous avez la chance de trouver une fructification feuillue dans la forêt, vous pouvez espérer obtenir jusqu’à 20 kg, souvent répartis sur une surface de 10 à 50 cm.

Le plus remarquable est sa capacité à énormément se ramifier à partir d’un gros tronc commun. Lorsqu’il arrive à maturité, il porte une quantité incroyable de petits chapeaux de 2 à 3 cm de diamètre. C’est d’ailleurs de ce phénomène que ce champignon tient ses surnoms, car ses chapeaux lui donne une allure de plumage. 

Son sclérote, partie souterraine du champignon à partir de laquelle le corps du champignon se développe, ressemble aux tubercules de la truffe et n’est pas très savoureux – mais est bien plus riche en certains ingrédients que le fruit.

Selon les recherches modernes, le sclérote ne forme le champignon qu’en symbiose avec l’armillaire couleur de miel. 

polypore en ombelle

Répartition et culture du Polypore en ombelle

Il est présent dans le monde entier dans les forêts mixtes, mais il est plutôt rare en France. Bien que le Polyporus umbellatus soit plus commun en Amérique centrale ou en Asie de l’Est, les trouvailles sauvages sont très recherchées.

La Poule-des-bois préfère se développer sur les arbres à feuilles caduques, notamment le chêne (d’où le nom de tripe du chêne) et le hêtre.

Les Polyporus peuvent être cultivés dans des conditions contrôlées en plus de la collecte sauvage. Un inconvénient, et la raison pour laquelle il est encore collecté à l’état sauvage, est que le sclérote est plus grand et plus riche en constituants à l’état sauvage. Les extraits à forte dose du Polyporus sont donc généralement dérivés du sclérote. Ce qui est important avec la collecte sauvage, c’est que le champignon provienne de régions éloignées qui ne sont pas affectées par l’exposition à des toxines environnementales.

L’avantage de la culture contrôlée est qu’elle permet d’accumuler moins de polluants et de radioactivité du sol que dans la nature. À cette fin, le mycelium est combiné à un sac de substrat, en l’occurrence principalement des céréales sans gluten, avec des spores de champignons. 

Après que le substrat ait été complètement imprégné par le mycélium, de petites ouvertures sont pratiquées dans le sac de substrat à travers lesquelles – si tout a été fait correctement – les corps fongiques se développent en peu de temps.

Culture dans des bioréacteurs

Excellence dans les systèmes de production

L’un des axes de recherche de Hifas da Terra porte sur l’amélioration continue de la culture de différentes espèces de champignons dans des bioréacteurs. En utilisant des substrats biologiques certifiés et en normalisant la qualité des matières premières et des ingrédients, nous garantissons l’excellente qualité du produit final issu de nos champignons.

Nos Produits

Des ingrédients actifs de la plus haute qualité

Nos Produits

Des ingrédients actifs concentrés de la plus haute qualité

Composition du Polypore

Histoire du Polypore en ombelle

Le Polyporus umbellatus a été mentionné pour la première fois par écrit il y a 2000 ans, dans une sorte d’ouvrage de référence sur les débuts de l’agriculture et des plantes médicinales en Chine, appelé Shennon Ben Cao Jing.

En Chine, on prépare traditionnellement une décoction de champignons à partir de du sclérote du Polyporus umbellatus. Les fructifications sont également populaires, mais moins abondantes.

Utilisation du Polypore en ombelle

Comme mentionné au début, le sclérote n’est pas particulièrement savoureux. Néanmoins, il est apprécié comme boisson lorsqu’il est bouilli comme un bouillon de champignons en raison de ses composants. 

La situation est différente avec les fructifications issues de la symbiose avec le Hallimasch jaune miel : ces savoureuses trouvailles doivent cependant être préparées très rapidement, car elles s’abîment vite après leur collecte.

Quelques anecdotes intéressantes sur le Polyporus

  • Le surnom particulier de “champignon porcin” est probablement dû à sa ressemblance avec les tubercules de la truffe, qui sont connus pour être très appréciés des porcs.
  • Afin de renforcer le champignon rare dans un environnement aussi proche que possible de la nature, il existe des approches de culture dans la zone des racines des arbres à feuilles caduques ou des souches d’arbres appropriées (mycorhization).
  • Il faut toutefois faire attention à son identification, car il peut facilement être confondu avec le Maïtaké (Grifola frondosa), visuellement similaire.
Références
  • Prof. Dr. Dr. Jan Lelley: No fungi no future: Wie Pilze die Welt retten können (Deutsch) Taschenbuch – Springer; Auflage: 1. Aufl. 2018 (20. März 2018)