Chaga

Inonotus obliquus

chaga_bienfaits

Un champignon médicinal de l’Est

En dehors de l’Europe de l’Est, le Chaga (Inonotus obliquus) a été pratiquement inconnu pendant longtemps. C’est un champignon médicinal qui vit en parasite sur les bouleaux. Cependant, il est connu depuis le début du Moyen Âge, notamment dans la médecine russe, et les spécialistes des champignons le connaissent également sous les noms de Kabanoanatake ou de Polypore oblique. 

Description du chaga

Le Chaga ou Inonotus obliquus, aussi appelé “Perle du Nord” est un champignon arboricole qui vit en parasite pendant de nombreuses années en symbiose avec son hôte – un bouleau affaibli. Ainsi, il faut parfois 20 à 30 ans pour que le champignon médicinal forme un tubercule noir de la taille d’un ballon de football.

Il est intéressant de noter que cette structure n’est pas le corps de fructification et qu’à ce jour, les chercheurs ne s’accordent pas sur la fonction exacte de ce tubercule. Le corps fongique (sclérote) lui-même se trouve plus profondément dans le bouleau occupé.

Une couleur brune foncée est caractéristique de ce tubercule en raison de sa forte production de mélanine. La mélanine est également le pigment brun qui fait bronzer la peau humaine au soleil.

Chaga sur tronc

Répartition et culture du Chaga

En Europe du Nord et de l’Est, notamment en Sibérie, on trouve d’immenses peuplements de bouleaux. Il n’est donc pas surprenant que le chaga soit très répandu sous ces latitudes. La quantité totale du champignon Chaga sauvage est estimée à plusieurs millions de tonnes. On le trouve également en Allemagne sur des bouleaux affaiblis.

Comme il enrichit les substances bénéfiques du bouleau, il est très apprécié dans la naturopathie scandinave depuis de nombreux siècles. 

Le chaga est l’un des rares champignons médicinaux qui ne peut pas encore être cultivé. En raison de la longue période de croissance de plusieurs décennies, il n’y a pas d’intérêt économique sérieux pour la culture artificielle. 

Néanmoins, il existe déjà des tentatives de culture sous forme de mycélium dans le bioréacteur. Ainsi, jusqu’à aujourd’hui, la collecte classique dans les forêts de bouleaux scandinaves et sibériennes est considérée comme la principale source du Chaga. 

Il existe des entreprises familiales qui travaillent uniquement autour de la récolte du champignon de l’arbre.

Culture dans des bioréacteurs

Excellence dans les systèmes de production

L’un des axes de recherche de Hifas da Terra porte sur l’amélioration continue de la culture de différentes espèces de champignons dans des bioréacteurs. En utilisant des substrats biologiques certifiés et en normalisant la qualité des matières premières et des ingrédients, nous garantissons l’excellente qualité du produit final issu de nos champignons.

Nos Produits

Des ingrédients actifs concentrés de la plus haute qualité

Composition

Histoire du Chaga

Le Chaga occupe une place aussi importante dans la culture de l’Europe de l’Est que le Reishi dans celle de l’Asie de l’Est. Depuis le 11e siècle, son utilisation médicinale par le grand duc de Kiev est historiquement documentée. Depuis le 15e siècle jusqu’à aujourd’hui, l’usage du Chaga est établi dans la médecine traditionnelle russe. 

En raison de sa popularité ininterrompue, la connaissance de l’effet du Chaga fait lentement son chemin vers la France. Étant donné qu’il se trouve exclusivement à l’état sauvage, l’exposition aux radiations radioactives, en particulier, reste un problème sérieux dont il faut tenir compte lors de sa collecte à l’état sauvage en Europe centrale.

Utilisation

Le champignon parasite arboricole n’est pas comestible, mais comme pour de nombreux autres champignons médicinaux, il est possible d’en faire une décoction forte et une teinture. Ainsi, à l’aide des granulés de champignons, on peut préparer un thé de Chaga savoureux et stimulant.

Il est intéressant de noter que les granulés de Chaga peuvent être bouillis plusieurs fois sans perdre leur goût. Il est donc très productif et il faut noter qu’en l’utilisant sous forme de thé, seuls les principes actifs hydrosolubles sont rendus disponibles.

Pour tirer vraiment le meilleur parti d’Inonotus obliquus, la préparation d’une teinture à l’aide d’alcool à 70 % est une bonne option. Cela demande un peu de patience, mais après environ 2 à 4 semaines, l’alcool aura dissous les ingrédients insolubles dans l’eau.

Anecdotes intéressantes sur le Chaga

  • Il existe une forme de fruit principale et une forme de fruit secondaire du Chaga, qui ne se ressemblent pas du tout du point de vue optique. Pendant longtemps, la forme secondaire du fruit, tout aussi efficace, n’était pas connue, bien qu’elle soit très fréquente. D’autre part, la forme principale du fruit du Chaga est si rare que les experts en champignons parlent également du “Saint Graal de la mycologie”, car elle contient environ 3 à 4 fois plus d’acide bétulinique et de mélanine que le tubercule noir.
  • Le Chaga n’est pas seulement utilisé comme complément alimentaire, mais aussi dans l’agriculture et la sylviculture. Non seulement il peut être utilisé comme engrais et accélérateur de croissance, mais il offre également une protection contre certaines maladies de décomposition des plantes.
  • Selon les traditions, le Chaga avait une grande valeur pour les rituels de divination dans la culture des Indiens, ce qui lui donne une saveur mystique jusqu’à aujourd’hui.
  • Les Khantys, un groupe ethnique de Sibérie, utilisaient ce champignon comme médicament contre les troubles digestifs et pour prévenir les maladies cardiaques et hépatiques. Le sclérote du Chaga pousse à partir du cœur des vieux bouleaux et, par conséquent, ses composés médicinaux, la bétuline et l’acide bétulinique, proviennent de ces arbres. 
Références
  • Prof. Dr. Dr. Jan Lelley: No fungi no future: Wie Pilze die Welt retten können (Deutsch) Taschenbuch – Springer; Auflage: 1. Aufl. 2018 (20. März 2018)