Qu’est-ce que l’obésité ?

Selon les données de l’OMS en 2016, 39% des adultes de 18 ans et plus présentaient un excès de poids et 13% étaient obèses. Depuis les années 1970, ce chiffre a triplé dans le monde entier. La majorité de la population mondiale vit dans des pays où la surcharge pondérale et l’obésité font plus de victimes que la malnutrition.

Elle est définie comme une maladie dans laquelle l’excès de graisse corporelle accumulé peut nuire à la santé.

Les indicateurs les plus couramment utilisés en pratique clinique pour déterminer le degré de surpoids sont l’IMC (indice de masse corporelle) chez l’adulte qui relie le poids à la taille ou au tour de taille et qui nous informe de la présence de graisse abdominale.

La présence de l’obésité est associée à un risque accru de contracter des maladies non transmissibles :

  • L’hypertension artérielle, les maladies cardiovasculaires et cérébrovasculaires telles que les accidents vasculaires cérébraux, les crises cardiaques, les dyslipémies et le diabète de type II.
  • Les cancers du sein, des ovaires, de la prostate, du foie, du côlon….
  • L’ostéoarthrite, fractures et autres troubles du système ostéoarticulaire.

Par conséquent, cette maladie pourrait être considérée comme une maladie chronique. Il s’agit actuellement d’un problème de santé publique, tant par sa prévalence élevée que par ses conséquences sur la morbidité, la mortalité et la qualité de vie.

Les causes les plus fréquentes de cette pathologie sont l’augmentation de la consommation alimentaire (principalement des produits à haute teneur en sucres et en graisses raffinées) associée à un mode de vie sédentaire ou à une activité physique réduite, ce qui entraîne des altérations du bilan énergétique et des altérations métaboliques du tissu adipeux.

Quels champignons médicinaux ont des propriétés utiles dans l’obésité ?

Les champignons choisis agissent sur les dépôts de graisse, mais aussi sur d’autres problèmes associés tels que l’hypertension artérielle, l’hypercholestérolémie, les triglycérides et le glucose :

Shiitake

Prévient l’accumulation de graisse et réduit le taux de triglycérides 

Le shiitake est un champignon qui empêche la formation de dépôts graisseux dans les vaisseaux sanguins, il est donc également intéressant pour le traitement d’autres maladies cardiovasculaires. Comme valeur de référence, chez les patients souffrant d’hypercholestérolémie, la poudre de Shiitake (9 g/jour) a réduit le taux de cholestérol de 7 à 10 %.

Maitake

Aide à abaisser le taux de cholestérol et à contrôler le poids

Il a été démontré que ce champignon réduit les taux de lipides sanguins, ce qui est directement lié à la santé cardiovasculaire.

D’autre part, il active le métabolisme, aide à abaisser la glycémie et à perdre du poids.

Reishi

Réduit le taux de triglycérides LDL, améliore la tension artérielle et calme l’anxiété.

Le Reishi réduit les taux de triglycérides et augmente les taux de HDL chez les patients présentant des taux élevés de cholestérol et d’hypertension, améliorant ainsi les facteurs de morbidité associés à l’obésité et réduisant le risque cardiovasculaire chez ces patients.

De plus, il a des effets calmants, ce qui peut aider à la prise de nourriture en raison de l’anxiété.

Champignon du soleil

Réduit la prise de poids dans les régimes riches en graisses 

Cette réduction est associée à une augmentation de la consommation d’énergie et de l’activité motrice. Dans des études humaines, l’extrait de ce champignon a réduit le pourcentage de graisse corporelle et viscérale, ainsi que les taux de cholestérol et de glucose dans le sang.

Coprin

A des effets hypoglycémiants et prévient la prise de poids

Ce champignon a la capacité d’équilibrer la glycémie chez les patients diabétiques et les animaux. Il améliore également le métabolisme du glucose et prévient la prise de poids secondaire.

Recommandations nutritionnelles et habitudes saines 

  • Évitez les produits carnés, en particulier la viande rouge et les produits carnés tels que les saucisses.
  • Donnez la priorité à la consommation de poisson, les différentes variantes, en augmentant le type bleu si vous présentez des altérations du cholestérol ou des maladies cardiovasculaires.
  • En général, ne consommez pas de pâtisseries.
  • Vous devriez également éviter de consommer des aliments précuits et séchés provenant de la restauration rapide, comme les soupes en sachets.
  • Évitez la consommation d’huiles raffinées et de graisses saturées, évitez les aliments frits, les huiles végétales raffinées comme l’huile de tournesol, les margarines, le beurre…
  • Evitez la consommation de sucre blanc que l’on trouve dans les sucreries, les desserts, la restauration rapide, les produits industriels transformés tels que les boissons gazeuses, les biscuits, le pain… Remplacez-le par des édulcorants naturels comme la cannelle, la stévia, le sucre de bouleau… qui augmentent très peu votre glycémie.
  • Pour cuisiner et assaisonner vos plats, utilisez toujours de l’huile d’olive vierge extra en privilégiant la consommation brute, non cuite.
  • Augmentez votre consommation quotidienne de légumes.
  • Ne buvez pas d’alcool.
  • Ne consommez pas de produits industriels transformés riches en sucres, sel, huiles raffinées et additifs nocifs pour la santé (biscuits, pain grillé, pain mou, céréales, etc.).
  • Privilégiez la consommation de grains entiers et évitez les farines raffinées (pain blanc, pâtes, biscuits…) qui augmentent la glycémie.
  • Les techniques de préparation préférées sont : la cuisson, la cuisson à la vapeur ou le repassage. Ne prenez pas de produits frits, provenant de barbecues…
  • Observez des temps de pause entre les repas, évitez les collations entre les repas pour augmenter la consommation de tissu adipeux, et si vous le faites, donnez la priorité à la consommation d’aliments rassasiants faibles en sucre, comme une poignée de noix, des infusions…
  • Mangez assis, évitez de manger en marchant, en regardant la télévision ou en faisant toute autre activité. Mangez détendu, en petites quantités, petit à petit, en mâchant et salivant consciemment, en appréciant la nourriture. Cela peut vous aider à calmer l’anxiété liée à la nourriture et à commencer à adapter votre corps à des aliments sains et aux bonnes quantités.
  • Il est important d’augmenter votre activité physique : marcher, courir, nager, faire de l’aérobie, monter et descendre les escaliers… La meilleure chose à faire est d’en faire une activité quotidienne.

Referencias bibliográficas

  1. Shen KP, Su CH, Lu TM, Lai MN, Ng LT. Effects of Grifola frondosa non-polar bioactive components on high-fat diet fed and streptozotocin-induced hyperglycemic mice. Pharm Biol. 2015 May;53(5):705-9. doi: 10.3109/13880209.2014.939290. Epub 2014 Nov 28.
    Lei H, Zhang M, Wang Q, Guo S, Han J, Sun H, Wu W. MT-α-glucan from the fruit body of the maitake medicinal mushroom Grifola frondosa (higher Basidiomyetes) shows protective effects for hypoglycemic pancreatic β-cells. Int J Med Mushrooms. 2013;15(4):373-81.
  2. Sato M, Tokuji Y, Yoneyama S, Fujii-Akiyama K, Kinoshita M, Chiji H, Ohnishi M. Effect of dietary Maitake (Grifola frondosa) mushrooms on plasma cholesterol and hepatic gene expression in cholesterol-fed mice. J Oleo Sci. 2013;62(12):1049-58.
  3. Sato M, Tokuji Y, Yoneyama S, Fujii-Akiyama K, Kinoshita M, Ohnishi M. Profiling of hepatic gene expression of mice fed with edible japanese mushrooms by DNA microarray analysis: comparison among Pleurotus ostreatus, Grifola frondosa, and Hypsizigus marmoreus. J Agric Food Chem. 2011 Oct 12;59(19):10723-31. doi: 10.1021/jf2025659.
  4. Fukushima M, Ohashi T, Fujiwara Y, Sonoyama K, Nakano M. Cholesterol-lowering effects of maitake (Grifola frondosa) fiber, shiitake (Lentinus edodes) fiber, and enokitake (Flammulina velutipes) fiber in rats. Exp Biol Med (Maywood). 2001 Sep;226(8):758-65.
  5. Kubo K, Nanba H. Anti-hyperliposis effect of maitake fruit body (Grifola frondosa). I. Biol Pharm Bull. 1997 Jul;20(7):781-5.
  6. Kabir Y, Yamaguchi M, Kimura S. Effect of shiitake (Lentinus edodes) and maitake (Grifola frondosa) mushrooms on blood pressure and plasma lipids of spontaneously hypertensive rats. J Nutr Sci Vitaminol (Tokyo). 1987 Oct;33(5):341-6. PubMed PMID: 3443885.

This website uses cookies so that you can have the best user experience. If you continue browsing you are giving your consent for the acceptance of the mentioned cookies and the acceptance of our cookies policy, Click on the link for more information.plugin cookies

ACEPTAR
Aviso de cookies