Anxiété

  • Définitions : anxiété, panique, phobie et dépression
  • Stress
  • Causes courantes des troubles anxieux
  • Symptômes physiques et psychologiques
  • Champignons médicinaux
  • Reishi : antioxydant et relaxant
  • Crinière de lion : améliore les fonctions cérébrales et calme l’activité mentale
  • Cordyceps : augmente la résistance au stress et réduit l’anxiété
  • Recherche scientifique intéressante sur l’anxiété
  • Recommandations nutritionnelles
  • Habitudes saines

Troubles anxieux

Agitation, nervosité, oppression… Ce sont des états que nous associons à l’anxiété, une réaction physiologique dans laquelle notre organisme agit pour faire face à des situations qui génèrent du stress, mais qu’est-ce qui cause ce stress ? Il existe une certaine prédisposition génétique, mais les vrais coupables sont les soi-disant “facteurs de stress“. Parmi les plus courantes figurent les tensions liées au travail, les problèmes familiaux, les changements de résidence et les difficultés économiques.

On estime que 13,8 à 25,6 % des patients en soins primaires souffrent de troubles anxieux. En termes généraux, l’anxiété est plus fréquente chez les femmes de 40 à 55 ans et est généralement associée à la dépression, à la colère, à la peur ou à la tristesse.

En raison de son impact social, 1 personne sur 10 souffre d’anxiété à un moment de sa vie, les scientifiques étudient ses mécanismes d’action et évaluent l’efficacité des thérapies conventionnelles. De plus, chaque année, ils mènent davantage d’études sur l’impact des thérapies complémentaires, qu’elles soient nutritionnelles ou psychologiques. Il s’agit notamment de la méditation, du yoga, des régimes spécifiques et de la prise de suppléments nutritionnels qui agissent sur les marqueurs associés à l’anxiété et / ou à la dépression.

En ce qui concerne les thérapies complémentaires, une méta-analyse réalisée en 2010 a évalué 39 études publiées dans des revues de référence telles que PubMed, PsycINFO et Cochrane. Avec un échantillon de 1 140 patients, on a conclu que la pleine conscience était une thérapie aux résultats prometteurs dans le traitement de l’anxiété et des troubles émotionnels.

 

finitions : anxiété, panique, phobie et dépression

La panique, selon la Société espagnole de psychiatrie, est définie comme une situation dans laquelle il y a une augmentation soudaine de l’anxiété. Elle se manifeste par la peur et la perte de contrôle et peut causer de la transpiration et des palpitations. La réaction normale à une situation qui cause la panique est de fuir ce qui la cause.

Un autre terme connexe est la phobie, une peur injustifiée de choses ou de situations qui ne sont pas objectivement dangereuses. Les phobies ne se manifestent qu’au contact de ce qui les provoque, mais, si elles se prolongent dans le temps et sans solution, elles peuvent conduire à l’anxiété.

Comme expliqué ci-dessus, les personnes qui expriment de l’anxiété et de la panique souffrent aussi souvent de dépression. De plus, il est fréquent qu’une personne déprimée montre de la tristesse et un manque d’appétit, situations courantes dans ce type de trouble.

Stress

Les termes “anxiété” et “stress” sont synonymes, mais décrivent des situations différentes. Le stress fait partie de la vie de la plupart des gens et peut avoir un impact positif sur l’individu tant qu’il se manifeste modérément et dans un temps limité. Non seulement il avertit des dangers, mais il sert aussi de tremplin pour faire face à une situation donnée. D’autre part, nous parlons de ses conséquences négatives lorsque des niveaux élevés de stress sont enregistrés sur de longues périodes de temps.

 

Causes courantes des troubles anxieux

  • Les circonstances spécifiques et les expériences de vie : stress au travail et dû aux études, grossesse, changement de résidence, etc. sont généralement les facteurs de stress les plus courants. Parfois, le stress se manifeste longtemps après que la situation qui l’a causé se soit produite. Dans ce cas-ci, il s’agit de troubles de stress post-traumatique.
  • Les gènes : des études scientifiques suggèrent que l’héritage génétique pourrait être impliqué dans le développement d’une situation d’anxiété, cet héritage n’étant pas un facteur déterminant pour son dé
  • Drogues : la consommation de certaines drogues comme l’ecstasy ou le LSD a été liée à l’anxiété. La caféine a également été signalée comme une cause possible d’épisodes d’anxiété.

 

Symptômes mentaux et physiques de l’anxiété

  • Préoccupation constante
  • Epuisement
  • Irritabilité
  • Manque de repos et insomnie
  • Manque de concentration
  • Palpitations ou accélération du cœur
  • Sudation
  • Tensions musculaires, maux de dos
  • Tremblements
  • Respiration profonde
  • Etourdissement
  • Diarrhée

Champignons médicinaux d’intérêt dans le traitement de l’anxiété

Reishi

Possède des propriétés antioxydantes, relaxantes et calmantes.

Reishi contient des polypeptides qui agissent comme précurseurs des neurotransmetteurs et des endorphines. Ces derniers permettent de donner une réponse adéquate dans les situations de stress.

  • Ces polypeptides ont un effet périphérique anticholinergique et dépresseur sur le système nerveux central.
  • De plus, on lui a attribué des effets sédatifs et inhibiteurs sur l’activité neuronale, ce qui induit une relaxation générale.

Capacité antioxydante du Reishi d’Hifas da Terra

Le thé vert est l’une des substances les plus antioxydantes disponibles. Des laboratoires externes ont confirmé que la capacité antioxydante du Reishi de Hifas da Terra est équivalente à celle du thé vert. L’extrait de Ganoderma lucidum a une capacité antioxydante de 320,16 ± 0,35 micromoles équivalent Trolox/g d’extrait et sa teneur phénolique est de 4,17 ± 0,06 g équivalent acide gallique/100 g d’extrait.

Crinière de lion

Améliore les fonctions cérébrales et calme l’activité mentale

  • La Crinière de lion module certains neurotransmetteurs impliqués dans la dépression et l’anxiété. Des améliorations de l’anxiété, de la dépression et des problèmes liés au sommeil ont été observées dans diverses é
  • Ce champignon est capable de moduler les substances qui diminuent l’inflammation et stimulent les fonctions cognitives. Cette action favorise l’adaptation aux circonstances stressantes.

Cordyceps

Augmente la résistance au stress et réduit l’anxiété

  • Cordyceps augmente l’adaptabilité et la résistance à la fatigue, au stress ou à l’anxiété en stimulant les glandes surrénales et en modulant le système nerveux.
  • L’extrait de ce champignon, en plus de ses propriétés adaptogènes, a des effets revitalisants et tonifiants. Des améliorations des fonctions cardiaques et respiratoires ont été observé

Intéressante recherche scientifique sur l’anxiété

L’anxiété a des répercussions sur l’état général de notre santé. Ensuite, nous passons en revue les pathologies associées aux troubles anxieux et recueillons d’autres renseignements scientifiques précieux récemment publiés :

  1. Mieux vaut prévenir que guérir : les maladies associées à l’anxiété
    Une étude scientifique portant sur 130 patients, présentée lors d’une conférence de psychiatrie en 2006, a conclu que les patients souffrant de troubles anxieux étaient plus à risque de contracter certaines maladies médicales que les personnes non anxieuses. Les chercheurs ont constaté des différences statistiquement significatives dans les maladies musculo-squelettiques et cardiaques, les maux de tête et les allergies, selon leur résumé.
  1. L’alimentation, plus importante que vous ne le pensez
    Des publications reliant l’anxiété et l’alimentation montrent que la consommation de poisson riche en oméga-3, en légumineuses, en grains entiers, en huile d’olive vierge et en noix crues a un impact positif. La réduction de la consommation de viande rouge et de produits laitiers a le même effet positif.
  1. Exercice physique, méditation et yoga
    Plus personne ne doute des bienfaits de l’exercice physique régulier, mais dans ce cas précis, il existe de multiples preuves de son impact positif dans les images d’anxiété-dépression. Ainsi, il a été démontré que faire du sport fréquemment (3-5 jours par semaine) avec une dépense énergétique élevée (dépense hebdomadaire supérieure à 17,5 kcal/kg de poids) est plus bénéfique que faible impact calorique et moins fréquent.
    Certains rapports concluent également que les bienfaits thérapeutiques de l’exercice physique et du yoga ont des résultats similaires à ceux d’autres thérapies cognitivo-comportementales.
  1. Réduit graduellement la caféine
    – Un autre café ?
    – Non, merci.La consommation de caféine a été liée à l’augmentation des états d’anxiété et des troubles du sommeil. Même une mauvaise utilisation de la caféine a été observée chez des personnes souffrant de troubles alimentaires. Cependant, une réduction graduelle plutôt qu’une cessation complète est recommandée pour une meilleure adaptation de l’organisme.
  1. Protégez l’axe intestin-cerveau
    Des recherches récentes sur l’axe intestin-cerveau ont ouvert de multiples pistes de recherche sur les maladies auto-immunes et psychologiques. Sur la base de ces données, nous savons que certains micro-organismes intestinaux sont capables de produire des substances qui fonctionnent comme neurotransmetteurs dans le cerveau. Ainsi, on estime que 95% de la sérotonine (une substance liée au bonheur et à la bonne humeur) produite par notre organisme provient des intestins. 

    D’autre part, on sait qu’un déséquilibre des microorganismes intestinaux (dysbiose) peut contribuer au développement de certaines maladies. Une étude réalisée en 2017 porte sur les maladies liées à l’axe intestin-cerveau. L’anxiété et la dépression sont deux des pathologies incluses et toutes deux montrent que l’augmentation des taux de sérotonine est un indicateur d’amélioration. 

    La prise de prébiotiques, compte tenu de leur capacité à réguler la flore intestinale (microbiote), peut être intéressante pour éviter la dysbiose et les situations connexes comme, par exemple, l’inflammation.

  1. Teneurs en acides aminés
    Une étude présentée au Xe Congrès national de psychiatrie en 2006 a démontré la corrélation entre les niveaux d’acides aminés et les symptômes associés à l’anxiété chez 40 femmes d’âge moyen. Sur cette base, de faibles niveaux d’acides aminés glutamiques, aspartiques, taurinique, tryptophanique, tyrosinique et ornithinique étaient associés à l’anxiété.
  1. La valeur des substances antioxydantes
    Les données publiées au cours des dernières années établissent un lien entre un statut antioxydant global réduit et le développement de troubles comme l’anxiété. On sait maintenant que le stress oxydatif génère de l’inflammation, une perte de plasticité neuronale, etc. Pour cette raison, les effets antioxydants des traitements conventionnels sont considérés comme précieux. Ils aident à éliminer le stress oxydatif et ses conséquences et protègent contre les dommages aux neurones.

Recommandations nutritionnelles

Bien que la psychiatrie nutritionnelle soit un domaine d’étude récent, la littérature d’observation confirme que l’alimentation a une influence sur les troubles mentaux courants comme la dépression.

L’étude SMILES a examiné comment l’entraînement alimentaire peut améliorer la prise en charge des épisodes dépressifs. Après l’application du modèle ‘ModiMedDiet’ – riche en légumes, fruits et grains entiers – au groupe d’étude, des améliorations significatives ont été observées. Ce modèle met également l’accent sur l’augmentation de la consommation de poissons gras, d’huile d’olive vierge extra, de légumineuses, de noix brutes non salées, ainsi que sur la réduction de la viande rouge et des produits laitiers.

En résumé….

  • Suivez un régime aussi varié que possible : inclure des fruits et légumes frais, biologiques et saisonniers, de préfé
  • Modérez votre consommation de viande rouge et de produits carnés et augmentez votre consommation de légumes, de légumineuses, de poisson et de champignons.
  • Réduisez la consommation d’aliments transformés tels que sauces, saucisses et pâ
  • Privilégiez l’utilisation de farines complètes aux farines raffinées, transformées et emballé
  • Mangez des aliments riches en gras insaturés sains comme les noix, les poissons gras, les graines de lin ou l’huile d’olive. Ceux-ci aident à améliorer le fonctionnement du cerveau.
  • Buvez 1,5 à 2 litres d’eau par jour.
  • Utilisez le sel judicieusement et réduisez votre consommation de produits riches en sel.
  • Essayez de réduire la consommation de caféine ainsi que la consommation de boissons excitantes et gazeuses.
  • Éviter les sucres en excès, les sucreries et les pâtisseries industrielles.
  • Éliminez ou réduisez la consommation de produits de conservation et de produits transformés contenant des additifs chimiques, en particulier du groupe E.

Habitudes saines

  • Pratiquez un minimum de 60 minutes d’exercice par jour. Profitez de tout le temps dont vous disposez pour le faire, que ce soit pour vous promener, faire du shopping ou monter les escaliers.
  • Ne fumez pas. Si vous ne pouvez pas cesser de fumer, limitez le nombre de cigarettes par jour.
  • Réduisez la consommation d’alcool en buvant de la bière et du vin. Évitez de prendre plus d’un verre par jour.
  • Faites des exercices de respiration profonde et de relaxation. Pratiquez le yoga et la mé
  • Essayez d’établir un temps de référence pour le repos. Respectez les heures de sommeil et, si possible, faites des exercices de relaxation avant de vous coucher. Cela aidera à éliminer la fatigue et l’irritabilité et à diminuer les niveaux hormonaux liés au stress et à l’anxiété.
  • Réservez du temps pour lire, prendre un bain, vous reposer, méditer, peindre…
  • Enfin, adoptez une attitude positive et optimiste face à la vie. Savourez les aliments naturels et les choses simples qui vous entourent.

References

  1. Singh R, Dhingra GS, Shri R. Evaluation of Antianxiety Potential of Four Ganoderma (Agaricomycetes) Species from India in Mice. Int J Med Mushrooms. 2016;18(11):991-998. doi: 10.1615/IntJMedMushrooms.v18.i11.40.
  2. Socala K, Nieoczym D, Grzywnowicz K, Stefaniuk D, Wlaz P. Evaluation of Anticonvulsant, Antidepressant-, and Anxiolytic-like Effects of an Aqueous Extract from Cultured Mycelia of the Lingzhi or Reishi Medicinal Mushroom Ganoderma lucidum (Higher Basidiomycetes) in Mice. Int J Med Mushrooms. 2015;17(3):209-18.
  3. Matsuzaki H, Shimizu Y, Iwata N, Kamiuchi S, Suzuki F, Iizuka H, Hibino Y, Okazaki M. Antidepressant-like effects of a water-soluble extract from the culture medium of Ganoderma lucidum mycelia in rats. BMC Complement Altern Med. 2013 Dec 26;13:370. doi: 10.1186/1472-6882-13-370. PubMed PMID: 24369991; PubMed Central PMCID: PMC3879659.

This website uses cookies so that you can have the best user experience. If you continue browsing you are giving your consent for the acceptance of the mentioned cookies and the acceptance of our cookies policy, Click on the link for more information.plugin cookies

ACEPTAR
Aviso de cookies