Comprendre et soulager naturellement une allergie au pollen ?

Ces dernières années, l’incidence de l’allergie au pollen a connu une tendance à la hausse dans le monde entier. La hausse des températures et l’allongement de la saison pollinique ont contribué à l’augmentation de la production et de la dispersion du pollen dans l’environnement. Il en résulte une augmentation du nombre de personnes souffrant d’écoulement nasal, de rhinite, de congestion… et un besoin accru de soulager leurs symptômes gênants.

De plus, de nouvelles études montrent que les saisons des allergies sont devenues plus longues et plus sévères dans de nombreuses régions. Quelques données clés sur les allergies :

  • La prévalence de l’allergie dans la population adulte française est de l’ordre de 25-30 %. La rhinite allergique est la manifestation la plus courante d’allergie respiratoire, elle touche 20 à 30 % de la population.
  • En 2017, l’INSERM estimait la prévalence de la dermatite atopique autour de 15 – 20%, celle de l’asthme à 7 – 10 %, celle de la rhinite allergique et de la conjonctivite allergique autour de 15 – 20%. 
  • Le pollen est l’une des causes les plus fréquentes des allergies, il est suivi par les médicaments et les acariens.

Publié le 21/02/24
L’équipe éditoriale d’Hifas

Comment savoir si je souffre d’une allergie au pollen ? 

Pour diagnostiquer l’allergie au pollen, on procède à un examen des antécédents médicaux et à des tests cutanés ou sanguins afin d’identifier les anticorps allergiques. 

Comment soulager l’allergie au pollen

Les traitements de l’allergie visent à soulager les symptômes et, dans certains cas, à réduire la sensibilité aux allergènes

ÉVITER LE CONTACT AVEC L’ALLERGÈNE

La première étape du traitement d’une allergie consiste à éviter, dans la mesure du possible, les allergènes qui déclenchent les symptômes. Cela peut consister à

  • Rester à l’intérieur lorsque le nombre de pollens est élevé.
  • Utiliser des purificateurs d’air pour réduire les allergènes dans l’air.
  • Opter pour des régimes alimentaires spécifiques afin d’éviter les allergènes alimentaires.
  • Utiliser des housses anti-acariens pour la literie.

Les médicaments

Plusieurs médicaments peuvent aider à contrôler les symptômes de l’allergie. Voici les plus courants :

  • Antihistaminiques : ils réduisent les éternuements, les démangeaisons et l’écoulement nasal en bloquant l’action de l’histamine.
  • Les décongestionnants : Ils soulagent la congestion nasale et sont utiles pour les affections de courte durée.
  • Corticostéroïdes nasaux : il s’agit de sprays nasaux qui traitent l’inflammation et sont efficaces pour contrôler la rhinite allergique.

Immunothérapie et traitements biologiques

L’immunothérapie, ou “piqûres antiallergiques” (sous-cutanées ou sublinguales), est un traitement à long terme qui peut réduire la sensibilité aux allergènes. Elle implique l’administration régulière de doses croissantes de l’allergène, ce qui peut aider à développer une tolérance.

En cas d’asthme allergique sévère ou de dermatite atopique, des traitements biologiques peuvent être envisagés. Ces médicaments, tels que les anticorps monoclonaux, ciblent des parties spécifiques du système immunitaire pour contrôler les réactions allergiques.

Quel est le meilleur antihistaminique naturel ?

 Les champignons peuvent aider à lutter contre les allergies grâce à des substances telles que les bêta-glucanes qui agissent comme des régulateurs du système immunitaire.

Le Champignon du soleil (Agaricus blazei Murrill) est un champignon contenant beaucoup de bêta-glucanes, qui peuvent aider le système immunitaire

Essai clinique randomisé, en double aveugle, contrôlé par placebo

Ses effets ont été démontrés dans plusieurs essais cliniques. En particulier, en 2019, l’étude Agaricus blazei-Based Mushroom Extract Supplementation to Birch Allergic Blood Donors : A Randomized Clinical Trial a été menée. Une amélioration de certains paramètres a été observée après avoir supplémenté 60 personnes (âge moyen : 38,5 ans) avec Agaricus blazei pendant 7 semaines. 

En particulier, les personnes qui l’ont pris : 

  • Réduction globale des symptômes allergiques.
  • Réduction des médicaments conventionnels contre les allergies. (antihistaminiques, corticostéroïdes nasaux et inhibiteurs de dégranulation).
  • Leur système immunitaire a réagi plus modérément à l’allergie printanière. Ils ont produit moins d’anticorps spécifiques (IgE) et les basophiles étaient moins réactifs. 

Les compléments naturels à base de champignons, tels que l’Agaricus blazei, constituent une option complémentaire pour traiter les allergies de manière naturelle. Sa capacité à équilibrer le système immunitaire peut faire la différence dès les premiers symptômes. De plus, grâce à sa teneur en prébiotiques, il peut contribuer à modifier le microbiote intestinal, ce qui renforce son effet antiallergique.

EN SAVOIR PLUS SUR LE CHAMPIGNON DU SOLEIL

 

Ver esta publicación en Instagram

 

Una publicación compartida por Hifas da Terra (@hifasdaterra)

COMPLÉMENT DE QUALITÉ

Une étude menée en 2017 aux États-Unis et publiée dans la revue scientifique Nature a révélé que seuls 25 % des produits à base de champignons médicinaux, soit 1 sur 4, contiennent la quantité de Reishi indiquée sur l’étiquette. Les 75 % restants ne contiennent que des traces de Reishi ou pas de champignon du tout. 

Lorsqu’il choisit un supplément contenant duCchampignon du soleil, il est important que le consommateur ait confiance dans le fabricant. À cet égard, il est important que les substances bioactives qu’il contient soient indiquées qualitativement et quantitativement sur l’emballage. Pour en savoir plus sur la manière de choisir le meilleur complément naturel, consultez notre section sur la qualité.

Hifas da Terra est une biotech espagnole avec plus de 25 ans d’expérience dans le développement de compléments alimentaires biologiques qui se distingue par ses critères de qualité et d’excellence. Si vous souhaitez en savoir plus sur notre complément à base d’extrait de Champignon du soleil cliquez ici.

Le rôle des prébiotiques dans les allergies au pollen

Les prébiotiques sont des substances qui ne sont pas digérées et que l’on trouve dans des aliments tels que les champignons, le kéfir et les aliments fermentés. Ils favorisent la croissance des bonnes bactéries dans l’intestin et peuvent être utiles en cas d’allergies.

  • Aider à moduler le microbiote intestinal : les prébiotiques favorisent la croissance de certaines bactéries bénéfiques dans l’intestin, telles que Lactobacillus et Bifidobacterium. Un microbiote intestinal sain est essentiel au bon développement du système immunitaire et peut contribuer à prévenir les réponses immunitaires exagérées aux allergènes.
  • Les prébiotiques contribuent à renforcer la barrière intestinale en favorisant un microbiote sain. Cela réduit la perméabilité et empêche les allergènes d’atteindre la circulation sanguine et de provoquer des réactions allergiques.
  • Les prébiotiques peuvent contribuer à équilibrer les réponses immunitaires et à réduire la sensibilité aux allergies en modulant les réponses Th1 et Th2 du système immunitaire. 

Symptômes de l’allergie au pollen 

L’allergie au pollen est une réaction excessive du système immunitaire aux particules de pollen provenant des arbres, des herbes et des fleurs pendant leur reproduction. Le système immunitaire des personnes allergiques identifie à tort ces particules inoffensives comme une menace, ce qui déclenche une série de réactions allergiques.

Les symptômes de l’allergie au pollen peuvent aller de légers à graves et comprennent notamment

  • Éternuements
  • Congestion nasale ou écoulement nasal
  • Démangeaisons des yeux, du nez ou de la gorge
  • Yeux rouges, larmoyants et/ou gonflés
  • Fatigue, souvent due à un sommeil de mauvaise qualité en raison des symptômes nasaux

Types d’allergie au pollen 

  • Allergies aux pollens d’arbres tels que le chêne, le bouleau, le cyprès, le frêne, l’olivier, le bananier, etc.
  • Allergies aux pollens de graminées comme le chiendent, le pissenlit, l’ortie, l’ambroisie, le Plantago, etc.
  • Allergies aux pollens de graminées telles que la fétuque, le lolium (ivraie), le poa (pâturin), le sorgho, etc.

Calendrier de pollinisation

Si vous reconnaissez les symptômes ci-dessus, il est utile de connaître les dates de pollinisation de certaines espèces.

Côté Herbacées, on retrouve généralement les pollens dès le printemps jusqu’au cœur de l’été. 

  • Ambroisie : Août à  septembre.
  • Armoise : Juin à Octobre.
  • Chénopodes  : Juillet à Septembre.
  • Graminées  : Avril à Août.
  • Pariétaire : Janvier à Septembre.
  • Plantain : Avril à septembre.
  • Urticacées  : Mai à août.

Chez les arbres, beaucoup de pollens sont libérés entre avril et mai. Citons par exemple le bouleau, le charme, le châtaignier ou le chêne. Plus tôt dans l’année (février-mars) on retrouve l’aulne, le noisetier ou encore le peuplier et le tilleul viendra nous embêter en juin-juillet 

L’excès de pollen affaiblit la réponse immunitaire des voies respiratoires, d’où l’importance d’utiliser un immunomodulateur, surtout à cette période de l’année. En effet, des études récentes ont montré que lorsque les niveaux de pollen sont plus élevés, les infections à coronavirus augmentent. 

Si ce contenu vous intéresse, n’oubliez pas de vous abonner à notre lettre d’information.

Résumé

Vivre avec une allergie au pollen peut être difficile. Cependant, un diagnostic et un suivi appropriés permettent de contrôler les symptômes. Cela vous permet de mener une vie active et épanouie.

Si vous pensez être allergique au pollen, il est essentiel de consulter un allergologue pour obtenir un plan de traitement personnalisé. N’oubliez pas que prendre soin de votre santé et de votre bien-être est toujours un investissement rentable.

Les champignons sont des immunomodulateurs capables d’augmenter ou de diminuer la réponse immunitaire. D’un point de vue thérapeutique, cette capacité de modulation présente un grand potentiel en tant que thérapie des processus allergiques. Le Champignon du soeil est l’un de ces champignons qui se distingue par sa teneur élevée en bêta-glucanes, ce qui en fait une espèce de choix pour la modulation du système immunitaire. 

Des études montrent que l’Agaricus est capable d’équilibrer les réponses Th1 et Th2. Dans l’étude An extract of the medicinal mushroom Agaricus blazei Murill can protect against allergy, les tests montrent une réduction des IgE (anticorps spécifiques de l’allergie induits par une réponse pro-inflammatoire).

Rejoignez la communauté Hifas da Terra

Nouvelles, actualités, recommandations et autres sujets d'intérêt pour la santé.

Références

1.- García Hernández, Marisela, et al. “Inmunomoduladores como terapia adyuvante en la enfermedad infecciosa.” Medicina Universitaria 11.45 (2009): 247-259.

2.-Damialis, Athanasios, et al. “Higher airborne pollen concentrations correlated with increased SARS-CoV-2 infection rates, as evidenced from 31 countries across the globe.” Proceedings of the National Academy of Sciences 118.12 (2021).

 3.-Biedron, R., et al. “Agaricus blazei Murill-immunomodulatory properties and health benefits.” Functional Foods in Health and Disease 2.11 (2012): 428-447.

4.-Hetland G, Tangen JM, Mahmood F, et al. Antitumor, Anti-Inflammatory and Antiallergic Effects of Agaricus blazei Mushroom Extract and the Related Medicinal Basidiomycetes Mushrooms, Hericium erinaceus and Grifolafrondosa: A Review of Preclinical and Clinical Studies. Nutrients. 2020;12(5):1339. Published 2020 May 8.

5.-Hetland G, Johnson E, Lyberg T, Kvalheim G. The Mushroom Agaricus blazei Murill Elicits Medicinal Effects on Tumor, Infection, Allergy, and Inflammation through Its Modulation of Innate Immunity and Amelioration of Th1/Th2 Imbalance and Inflammation. Adv Pharmacol Sci. 2011;2011:157015. 

6.-Ellertsen LK, Hetland G. An extract of the medicinal mushroom Agaricus blazei Murill can protect against allergy. Clin Mol Allergy. 2009;7:6. Published 2009 May 5. 

7.-Mahmood F, Hetland G, Nentwich I, Mirlashari MR, Ghiasvand R, Nissen-Meyer LSH. Agaricus blazei-Based Mushroom Extract Supplementation to Birch Allergic Blood Donors: A Randomized Clinical Trial. Nutrients. 2019 Oct 2;11(10):2339.